SEFCO

La marquise dissit « Beurnocion »

« Beurnocion ! », s’ébraillit la Marquise.
O vous étoune, Mes bons émits, qu’ine Marquise cause de meime ? Mais vous peuvez me creire. Jhe le jhure devant thielle bouteille que jhe sons à minme à boère. Si ol est faux, que thieu cougnat sèjhe poéson ! La Marquise dissit « Beurnocion ! ».
O n’en a d’autes qui l’avant entendu : Marcellin, le peint’, que son pinçâ y a cheit des mains, Lexandre, qu’allait dans son jherdrin anvec sa beurouette, qu’o  l’a estopé net, Robert, qui causait de la dornière fouère de Saintes anvec Piârre, qu’o leu z’a copé le subiet !
La Marquise dissit « Beurnocion ! ».
O faut vous dire, mes émits, que la Marquise est ine fame que le monde raspectant, dans le villaghe. Pensez dont, ine aristocrate, ine vraie, qui loghe au châtia, pas bin loin de l’éyise, teurjhou en touâlette coum’ ine « Madame ». Ol est vrai qu’ol est ine orighinale. Le jhôr dau 14 jhuillet, ol est pas un drapiâ bieu-bian-roughe, qu’a met d’vant son pourtau, mais in drapiâ à fieur de lis : a dit qu’o faurait in Roué dans thieu malhûreux pays peur tout r’met’ d’apiomb. In jhôr, al a agonisé de sottises le Mâre et les Conseillers municipau. A dissit qui l’étiant des « staliniens » pac’ qu’i vouliant pas pouner peur réparer le têt dau kiocher de l’éyise, et que pendant la dornière meisse ol a cheit ine écambouille et les parouessiens étiant teurtous enfondus.
Mais a cause pas coum’ nous z’autes, a cause pointut, coum’ les Parisiens. Ol est peur thieu qu’o nous a surpris quant jh’ l’avons entendu hucher : « Beurnocion ! ». O faut que jh’ vous espyique, mes bons émits. Quant thielle affère est arrivée, la Marquise était devant la Poste, a lisait ine lette de son fî, qui loghe à Bourdâ. Ah son fî ! Si vous le qu’neussiez ! In bon-t-à reun, qu’a jhamais ouvraghé de ses dets, mais la Marquise est fiâre de li. A l’a-t-él’vé, coum’ a dit, « dans l’ raspet des traditions » : la meisse tous les dimanch’ et le raste dau temps la feurquentation que des ghens de son monde !
Et beun, mes émits, savau c’ qu’il écrivait, thieu l’artoupian ? I disait qu’il allait fère de la poulitique. Vous m’ direz qu’in feugnant et la poulitique, o va beun ensemb’ ! Ouais, mais il ajhoutait qu’aux alections prochaines, il allait se saquer su ine liste … anvec les « Coumuniss’ » !
Vous compeurnez asteur à cause  la Marquise huchit : « Beurnocion ! ».
Maît’ Piârre. 

Si vous avez besoin de connaître le sens des mots patois en français, ou inversement, ol est pas la peine d’ajh’ter des grands lexiques, allez dont su le biog à Célestin : http://charentais.unblog.fr/les-doux-mots/. Ol est gratuit !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

aurore57 |
polo67 |
rwandanostalgie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Oliverchris dreaming of Quebec
| Stutzheim-Offenheim
| dahirafemmesmouridesbayefal...