SEFCO

Copé les jhambes à la mourine

 Un peu de patois. Notre ami Célestin Beurdassou, « in gâs dau Pays-Bas qui queneut le patoué meux que tous thiellés sots qui s’ battant peur savouère si o faut causer Saintongeais, Poitevin ou Poètevin-séntunjhaès », nous a adressé un petit texte plein d’humour. A vous de juger.

Feurnant éti d’asian au bout d’ la tabye , y virait l’thiu à la porte . Al balait dans l’vent dau soére feurchissant qui rabalait sus l’airau. Thielle tabye n’était point démise. In coubye de mussets s’enroliant en les fieuranghes d’ine moque de vin rôghe, sous l’musiâ à Feurnant. Amprés son colation y l’avi rempyi thiélle moque t’in peurmier cot et d’in randon, se l’avit veursé en l’garguenâ. Y se torchi la goule d’allé et d’venue sus son bras et déçi : « Quand s’ra tout ? ..Quand s’ra tout dont ….. à la teune , la Farnande !»

La Farnande ! Y l’avait mariée sitout de r’tour dau sarvice. Ine grande ghibrelle qu’avait pas mé d’feusses que d’teutons . Y s’trouvi en thiés temps là, rinque l’y tout seul sus la beunasse, ine boune fame por l’aghidé ol é pas reun ! Al l’a jhameis aghidé t’ à reun….. Al n’a jhaméis reun fait sans gueurmeuler … si p’t'ête … z’eu drôle ! In biton bein couragheux, bein hounête et bein travayiou, quaziment aussi aimabye qu’ol était sa mére et qui l’a renvoyé d’chez l’y pas putout les dounations parafées. Asteur Feurnand lôghe en in masureau, ine veuye cabanne qui vint d’sa mérine, en l’bout d’ses tarres, aveuc in méchant routin crusé de rouans por s’y rende.
Sers te à boére Feurnant si tu z’ou feit pas, peursoune z’ou fr’a : «  A la teune Farnande ! … Quand s’ra tout ? S’rait tout pas l’temps, asteur ? Et y se torchi la goule d’allé et d’venue sus son bras de ch’mise. »

La neut étit chette, in méchant lunâ fiambait de-hior. Ine fraîchure s’en vint touquer les conteurvents qui n’étiant jhameis encrucht’tés dépeu qu’la feurnande avait foui de thieu monde. Foui sans avoére reun trouvé de jholi, d’agralant de coumode. Sans avoére décit in mot ghenti à peursoune. Le bonyeu n’en prenne grand soin ! Qu’al fasisse pas pieurer les anghes !!! Feurnand attendait qu’o seyisse son tour, avait’ y pas l’âghe de feire in mort asteur ! O s’ra pas utile de me bayié l’paradis, y me saqu’ront la vour qu’ol a pas la Farnande, d’azard ! A la teune, la Farnande, manqueri pus que tu me paurisse otou moun’ étarnité ! Et y se torchi la goule d’allé et d’venue sus son bras de ch’mise.
O y é d’avis qu’ol a thieuqu’in qu’a huché. Avant d’s'artourné y vide ine oute moque de rôghe . Fauri pas qu’in musset se nighe dedant !!! Et y se torchi la goule d’allé et d’venue sus son bras de ch’mise.
Qu’étout ? Ine grande ombe toute négue se tint drète coume la jhustice au bout dau ch’min. Qui qu’o peut eite asteur, aveuc ine peul’rine à capuchon qu’o sembye t’ in moéne ? Qu’étout don qu’o tint ? In dail !! Ol é in rabale-barne m’en doute qui veurait coper d’ la luzarne ! Feit tout pas assez quiaire tôte la jhornée. En trainassant à cause que la poulie des geneuils z’y fazait grand mau, y se trauvi bintout de conte thieu beurdindin. La goule z’y a feit poure, coume si al avit pus rinque que les ous. Ol é là que n’on requeneu in biâ Chérentais Paybâtier, avant que thieu l’ésquelette boughe le p’tit det, Feurnand déçi : « Ol é pas vré que tu sais pas adïusé meu que thieu ! Ol é a son mateuriel qu’on queneu in travaillour, qu’étout qui t’a enseugné in’ ouvraghe de min-me ??? » Coume l’oute débadait pas ,Feurnand z’y a sorti le dail des pougnes « dounne me ta piarre, jhe m’en va z’y r’ feire le fil ». La mourine, ( pasque vous z’ou avez bein comprenu qu’ol éti la mourine), la mourine en éti toute ébobée et al z’y douni sa piarre d’ayiuse en ricassant dans sa teite ( asthiusez me : dans son crâgne ) « Fasez z’ou beun , qu’o cope coume o faut mon’ émit ! »
Feurnand, por adïusé in dail, en queuneu in morciâ. O fazait ine belle chanson que thielle piarre qui veziquait d’avant en l’darre. Au bout d’in moument y l’ apoue le gras dau pouce sus l’ fil et content l’y, feit mine de copé ine bouillé de farouche, devant l’y. Là, d’in cot, rinque d’in sapré cot, les sotilles de thielle fumelle avant rasté sus la sol. La mourine s’é ensauvé en sus les ous des jhambes coume in beurghé des Landes sus ses échasses. Feurnand coursait en l’darre et en in’ ôte cot, tranchi jhuste en sus les geneuils.

Coume al s’entropait dans sa gueneuille qu’éti asteur trois foés trop grande et qui rabalait à bas, la mourine, en in sorcelaghe de ganipote s’a fait disparaîte dans in pilot de fiames.

Feurnand fasi thiu sus pointe, et rendu chez l’y boivit l’rastant d’rôghe à min-me le goulot, roti in grous cot et déçit : «  Ol é point encoére mon temps, por aneu, jhe va penser mes puses …. à la teune Farnande, aspère encouére in p’tit, jh’avons ine afeire a meite d’apion tout deus !
Et y se torchi la goule d’allé et d’venue sus son bras de ch’mise.


Célèstin Beurdassou     sans20titre202033.gif




Un commentaire »

  1. Chartier Guy (Jhustine) dit :

    Ol é tellement bia qu’o m’en a copé l’subiet. Peur précaution, m’en vas aghuiser mon dail mé otout, des cots qu’thielle engheance vinrait virouner dans les paraghes.
    Jhustine

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

aurore57 |
polo67 |
rwandanostalgie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Oliverchris dreaming of Quebec
| Stutzheim-Offenheim
| dahirafemmesmouridesbayefal...